Aujourd’hui, on évalue à environ 2 millions les jeunes en décrochage scolaire ou social. Le collectif Cap Jeunesse réagit et agit.

cap jeunesse

Le décrochage scolaire est un sujet de préoccupation d’une gravité certaine. L’estime de soi détruite de ces jeunes constitue une source de violence en germe pour la société car si l’on n’a pas d’estime de soi pour avoir été en échec scolaire comment imaginer que l’on puisse avoir de l’estime et respect pour autrui ?

Nos gouvernements et nos institutions partagent ce travers de travailler en silos au lieu d’aborder les problématiques sociales de façon transversale et globale. Du coup les chiffres réels ne sont même pas connus avec certitude, les solutions adoptées sont partielles. Et le problème prend de l’ampleur avec le temps. Nous ne pouvons pas accepter que 2 millions de jeunes soient en décrochage scolaire, donc voués au chômage et à la pauvreté.

Forts de ce constat, d’anciens professionnels, des citoyens à la retraite se sont mobilisés pour créer un collectif indépendant, apolitique et aconfessionnel capable de faire valoir les expériences personnelles, institutionnelles ou associatives réussies en termes de lutte contre le décrochage scolaire.

Le slogan du collectif est tout un programme en trois mots : Vis, aime, deviens la France. Pour atteindre ce bel objectif, les membres de Cap Jeunesse s’appuient sur des valeurs partagées : le dévouement au bien commun, la solidarité et la fierté d’appartenir à un groupe, la vertu de l’effort et du dépassement,  la vertu de l’acte gratuit et désintéressé, l’exemple et l’action.
Il s’agit de montrer aux jeunes, quels qu’ils soient, qu’on les aime, de leur fournir un cadre régi par des règles claires et justes qu’ils s’engagent à respecter, de leur donner les repères citoyens, les mettre sur le chemin de l’emploi pour qu’enfin, ils connaissent et aiment la France d’hier et d’aujourd’hui avec ses qualités et ses défauts, ses réussites et ses échecs et qu’ils accèdent à la beauté à travers l’art et le patrimoine de notre pays.

Cap Jeunesse mène des actions qui redonnent confiance aux jeunes et les conduisent jusqu’à un emploi en cdi.

L’IFRAV soutient le collectif Cap Jeunesse et vous fera suivre les avancées des actions menées. Parce que la violence est l’affaire de chacun, la réussite des jeunes en difficulté nécessite  l’engagement de tous les citoyens.

A suivre sur le site capjeunesse.org

 

Par Chantal Hincker, psychosociologue, secrétaire général de l’IFRAV